Détail du livre

PARTAGER LA PAGE

LA VIE CLANDESTINE

Code EAN13: 9782072900426

Auteur : SABOLO MONICA

Éditeur : GALLIMARD


   Disponible
Résumé :

"Je tenais mon sujet. Un groupe de jeunes gens assassinent un père de famille pour des raisons idéologiques. J'allais écrire un truc facile et spectaculaire, rien n'était plus éloigné de moi que cette histoire-là. Je le croyais vraiment. Je ne savais pas encore que les années Action directe étaient faites de tout ce qui me constitue : le silence, le secret et l'écho de la violence". La vie clandestine, c'est d'abord celle de Monica Sabolo, élevée dans un milieu bourgeois, à l'ombre d'un père aux activités occultes, disparu sans un mot d'explication.
C'est aussi celle des membres du groupe terroriste d'extrême gauche Action directe, objets d'une enquête romanesque qui va conduire la narratrice à revisiter son propre passé. Comment vivre en ayant commis ou subi l'irréparable ? Que sait-on de ceux que nous croyons connaître ? De l'Italie des Brigades rouges à la France des années 80, où les rêves d'insurrection ont fait place au fric et aux paillettes, La vie clandestine explore avec grâce l'infinie complexité des êtres, la question de la violence et la possibilité du pardon.
  • ean
    9782072900426
  • Auteur
  • Éditeur
    GALLIMARD
  • Genre
    Romans
  • Date de parution
    18/08/2022
  • Support
    Broché
  • Description du format
    Version Papier
  • Poids
    330 g
  • Hauteur
    265 mm
  • Largeur
    140 mm
  • Épaisseur
    20 mm
Aucune actualité liée
Note

Que sait-on de ceux que nous croyons connaître ? Épaté par ce tour de force que réalise Monica Sabolo avec l’écriture de « La vie Clandestine ». Comment une enquête sur le groupe révolutionnaire « Action Directe » va la pousser à s’interroger sur son propre passé ? Sur le papier ça ne colle pas et pourtant, tout l’ADN de ce groupe, résonne en elle : « le silence, le secret et l’écho de la violence. ». Tout lui rappelle son père, un père aux abonnés absents, aux activités plus que douteuses. Comment peut-on vouloir prétendre faire le bien, en utilisant la violence dans ce qu’elle a de plus extrême ? 

Quel est le juste milieu entre le bien et le mal ? 

A la fois enquête et récit intime, « La vie clandestine » se révèle être un très beau livre qui parle d’identité, de violence, de pardon et de résilience. C’est également un roman mené tambours battants grâce à l’écriture captivante de son auteure. Il faudra, sans aucuns doutes, compter sur l’univers atypique de Monica pour enflammer la rentrée.